Terrassement, puisard et VRD

Début Juin, début du terrassement, de la mise en place du puisard, et de la VRD.
Le terrain, qui avec le retard du démarrage des travaux, avait vu la végétation proliférer, est en train de véritablement se métamorphoser.

Ça avance quand même vite avec des machines.

Exemple : avant / après de l’allée qui fait plus de 50 mètres, décapage de la terre végétale réalisé en à peine une journée :

Idem pour le pré-decapage sur l’implantation de la maison.

 

Le puisard a également été posé très rapidement, en moins d’une journée

 

Ils sont allés relativement profond pour poser le puisard. On peut voir qu’ils ont d’ailleurs sorti par mal d’argile verte. C’est bon pour la peau, un peu moins pour les fondations.

Fonctionnement puisard pour eaux pluviales : comment ça marche ?

Le puisard, en gros c’est un gros trou dans lequel on y met des grosses buses (dimensionnement variable en fonction de la surface impermeable de la construction), rempli de cailloux, et permettant l’impregnation rapide et efficace des eaux de pluie provenant de la toiture (par exemple). ça vous évite de rejeter sur votre terrain de d’avoir ce dernier complétement detrempé par la même occasion.
Note : de plus en plus de commune interdisent le rejet des eaux de pluies dans le réseau eau usées de la villes, d’ou la nécessité d’installer un puisard. C’est notre cas : le Syage, qui s’occupe des eaux de la vallée de l’Yerres, impose le zéro rejets.

Comment calculer le dimensionnement d’une puisard eaux pluviables

C’est en général les services techniques de la mairie qui vont imposer un certain dimensionnement en fonction de la surface de construction. Pour le coup, le Syage nous imposera la contrainte suivante (réponse à mon mail)

Je fais suite à votre courriel du 1ER mars 2019 et à notre conversation téléphonique de ce jour concernant la gestion des eaux pluviales de votre future habitation.

Pour résumer votre demande concernant le volume nécessaire à infiltrer pour votre habitation :

Il faudra prévoir, selon le Règlement de gestion des eaux pluviales du SYAGE (consultable sur le site dy Syage), un ouvrage dimensionné à 4 m3 pour 100m² de surfaces imperméabilisées (toitures, terrasse, accès, parking, …). Par exemple, si vos surfaces imperméabilisées représentent 78 m², il vous faudra 78*0,04= 3,12 m3, soit un ouvrage d’infiltration d’environ 3 m3.

Concernant vos accès, parking (en revêtement gravillonné) et votre terrasse (planches en bois posées sur plots bétons, au-dessus de terre végétale), ils ne seront pas à comptabiliser dans le dimensionnement de votre ouvrage de gestion des eaux pluviales.

Et le calcul de dimensionnement de mon constructeur est le suivant :

On a 92.50m² de toiture. Donc un besoin de 3.70m3.

Selon le diamètre du puisard, il y aura besoin de x profondeur :

  • diamètre 0.80m  –> 3.70/(0.4²*3.14) = 3.70/0.5024 = 7.36m de profondeur
  • diamètre 1m –> 3.70/(0.5²*3.14) = 3.70/0.785 = 4.71m de profondeur
  • diamètre 1.20m –> 3.70/(0.6²*3.14) = 3.70/1.1304 = 3.27m de profondeur
  • diamètre 1.50m –> 3.70/(0.75²*3.14) = 3.70/ 1.76625 = 2.10m de profondeur

Lot VRD sur allée de 60 mètres

Quelques photos des réseaux enterrés en cours de mise en oeuvre.

Au passage, le maçon me fait comprendre qu’il serait bien pour nous que nous reflechissions à faire évacuer les terres car on risque de galérer après.
Nous avons donc demandé un devis d’évacuation des terres à notre CDT.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...