Comparateur chauffages

Devant la hausse continue des prix du chauffage tous types confondus depuis plusieurs années, les économies d’énergie sont recherchées par tous les concitoyens. Selon votre habitation rurale ou urbaine, maison de ville ou appartement, il existe de multiples solutions de chauffage. En effet, le chauffage à l’électricité, au gaz, au fioul, au bois, ou par pompes à chaleur, sont les principales catégories de chauffage. Il convient alors de faire le choix adéquat pour chauffer votre logement sans déperdition et surtout en faisant des économies.Les technologies développées sous l’influence des pouvoirs publics offrent aujourd’hui des garanties écologiques certaines, et un certain nombre de mesures d’incitations fiscales pour les moins polluantes d’entre elles.Depuis un siècle, les émissions de gaz carbonique ont augmenté de 30 %, et d’après les scientifiques en 2100 les températures pourraient augmenter de 5,9 °C. 15 % des logements privés sont responsables des émissions totales de gaz à effet de serre.

La facture énergétique globale de la France s’élève à près de 68,7 milliards d’EUR, et chaque ménage français dépense en moyenne 1 700 EUR en chauffage pour son logement.Selon un baromètre IFOP/Qualit’EnR de 2014, 37 % des ménages français prévoient de s’équiper en systèmes d’énergies renouvelables dans les 2 prochaines années, et ils sont 79 % à opter pour des inserts bois, poêles à bois et pompes à chaleur. Aujourd’hui près de 18 % des français sont équipés de poêles à bois et 13 % d’inserts bois, car ils sont 91 % à considérer que leur facture énergétique est trop élevée.Selon l’IFOP, en 2010 44 % des résidences principales étaient chauffées au gaz et 35 % à l’électricité, et 58,1 % des 291 000 logements neufs sont chauffés à l’électricité contre 38,1 % au gaz.

Le bois, le fioul, et le charbon quant à eux représentent chacun 0,2 % de la part énergétique et 3,2 % pour l’urbain. Une prime à la rénovation thermique de 1 350 EUR est prévue depuis septembre 2013, ainsi qu’un taux de TVA réduit à 5,5 % pour les travaux d’aménagements et de rénovation thermique.

Le chauffage électrique :

Le chauffage électrique individuel dispose de 6 technologies : les convecteurs, les panneaux rayonnants, les radiateurs, les radiateurs à inertie, les radiateurs à accumulation, et les planchers ou plafonds rayonnants. Les chauffages électriques disposent de l’avantage d’une installation simple et guère onéreuse, mais l’inconvénient est la pollution engendrée par ces derniers, car près de 78 % de l’électricité française est produite par les centrales nucléaires qui génèrent une pollution sur plusieurs dizaines d’années voire de siècles. Ainsi, un convecteur électrique produit 900 g/KWh de CO2.

  • Le chauffage électrique par convecteurs. Économe, celui-ci ne coûte que 100 à 200 EUR l’unité. Il est très réactif et chauffe rapidement, grâce au thermostat électronique. L’inconvénient est que le chauffage par convecteurs dépense énormément d’énergie et bénéficie d’une diffusion de chaleur qui n’est pas très homogène.
  • Le chauffage électrique par panneaux rayonnants. Son thermostat est plus performant que celui des convecteurs, et la diffusion de chaleur plus homogène. Les inconvénients sont un prix plus élevé que ces derniers, environ 350 à 400 EUR par unité.
  • Les radiateurs. Les principaux avantages du chauffage par radiateurs est qu’ils sont très réactifs et permettent un réglage beaucoup plus fin et précis. La diffusion de chaleur est ainsi beaucoup plus homogène que les convecteurs et panneaux rayonnants, quasi équivalente à celle d’un chauffage central. Les inconvénients sont le coût principalement, près de 600 à 1000 EUR.
  • Les radiateurs à inertie. Semblables aux radiateurs traditionnels, la répartition de la chaleur est très homogène et permettent une programmation précise. Un détecteur de présence est souvent associé au système électronique mais il nécessite alors d’être programmé préalablement. L’inconvénient est alors qu’il est moins réactif, pour un coût similaire à celui d’un radiateur classique.
  • Les radiateurs à accumulation. Ceux -ci permettent de bénéficier des tarifs « nuit » et heures creuses avec une programmation et un système régulateur. Sinon, ils bénéficient des mêmes avantages et inconvénients que les radiateurs à inertie.
  • Les planchers ou plafonds rayonnants. C’est le chauffage électrique qui possède le meilleur confort avec une répartition de la chaleur très adéquate. Cependant, les planchers rayonnants sont moins réactifs que les plafonds rayonnants, et en cas d’anomalie il est difficile d’intervenir techniquement.

 

Les chauffages à l’énergie fossile :

Les chauffages à l’énergie fossile se répartissent en 3 catégories : le gaz naturel ou méthane, le fioul et le gaz propane. Alors que le gaz naturel est acheminé par des réseaux jusqu’au logement, le fioul liquide et le gaz propane sont stockés directement dans des cuves. Celles-ci peuvent être enterrées ou non et nécessitent donc un espace de stockage conséquent.

  • Le chauffage au gaz naturel dispose d’un rapport qualité/prix intéressant, cependant les prix sont en constante augmentation. Les radiateurs à eau chaude, planchers chauffants et radiateurs indépendants ont l’avantage d’être économes et de bénéficier du confort lié à l’eau chaude. Ils bénéficient également d’un crédit d’impôt notamment sur les nouvelles technologies comme les chaudières hybrides, les pompes à chaleur à gaz et la micro génération. Les inconvénients sont le coût de l’installation, l’encombrement en cas de chaudière installée, et des prix relativement élevés.
  • Le chauffage au gaz propane est livré en cuve directement et nécessite donc un espace qui le destine aux maisons rurales principalement. C’est également le plus cher des 3.
  • Le chauffage au fioul est moins cher que le propane, mais tend à disparaître car obsolète et polluant. Il nécessite en effet le plus grand espace de stockage et un entretien conséquent, ce qui à la longue n’est absolument pas rentable. Il est destiné uniquement aux ménages qui n’ont pas la possibilité d’être raccordés au gaz de ville.

Les chauffages au bois, cheminées, inserts et poêles :

  • Le principal avantage du bois est que c’est une énergie renouvelable donc moins polluante, et qui bénéficie d’un coût relativement modéré. Ce type de chauffage équipe 1 ménage sur 2 avec 6,7 millions d’appareils au bois et près de 1,4 millions de cheminées. Pour 100 kWh d’énergie, les bûches ont un coût de revient de 4,20 EUR, les granulés en vrac de 6,20 EUR, et les granulés en sac de 8,20 EUR.
  • Les poêles sont considérés comme des chauffages d’appoint et sont faciles à installer. Selon le combustible choisi, bûche ou granulé, celui-ci est plus ou moins performant.
  • Les cheminées ouvertes avec insert sont également considérées comme un chauffage d’agrément, mais si l’installation est effectuée par un professionnel et optimisée, elles permettent de doubler les performances énergétiques d’une maison.
  • Les chaudières au bois ou granulés. Elles sont les plus écologiques des chauffages au bois et aussi les plus économiques. Aujourd’hui les plus performantes d’entre elles bénéficient d’une technologie avancée avec une combustion inversée qui augmente le rendement. L’inconvénient est leur volume qui nécessite un espace conséquent ainsi que pour le stockage du bois (généralement des bûches).
  • Les chaudières à condensation ont l’avantage de pouvoir être chauffées au gaz, au fioul et au bois. Elles consomment environ 20 % de moins qu’une chaudière classique mais nécessitent un budget plus conséquent, entre 3 000 et 7 000 EUR.

Les chauffages par géothermie ou pompes à chaleur thermodynamique :

  • Ce sont les technologies les plus abouties mais aussi les plus onéreuses, cependant le rapport qualité/prix avec le temps est le plus avantageux des systèmes de chauffage. Des crédits d’impôt permettent d’en amoindrir le coût.
  • La pompe à chaleur par géothermie utilise de l’énergie renouvelable comme l’eau ou l’air ou le sol par géothermie. C’est donc le moyen de chauffage le plus économique et le moins polluant car il redistribue la chaleur via des radiateurs à eau ou par des planchers chauffants. Les prix varient de 6 000 à plus de 12 000 EUR.
  • Un système air/air ou air/eau, par radiateur ou plancher chauffant est le moins encombrant des pompes à chaleur et aussi le moins cher. Cependant il nécessite un chauffage d’appoint et une isolation acoustique extérieure.
  • Un système eau/eau par plancher chauffant est le plus performant de tous et fournit le plus d’énergie avec une température constante. C’est aussi le plus cher et il nécessite un système complexe et onéreux et souvent un permis de construire.

Les chauffages par énergie solaire :

  • Peu polluants ils peuvent être combinés avec un autre système de chauffage. Encore plus écologique que l’énergie géothermique, 1/3 de l’énergie apportée au foyer est gratuite par un système de panneaux thermiques. Éligibles aux crédits d’impôt, ils nécessitent cependant une installation onéreuse de près de 15 000 EUR pour une maison de 100 m2, et ne peuvent fournir à 100 % une énergie totale.

Ne négligez pas vos travaux d’isolation thermique, qui peuvent vous permettre de faire une économie substantielle sur tous vos travaux de chauffage. De même, le diagnostic de performance énergétique vous fournit de précieuses indications sur votre consommation énergétique.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...